Exposition Saul Leiter à Foto Colectania : rêverie, poésie et géométrie maitrisée

L’exposition Saul Leiter à Foto Colectania est très belle. Muséographie simple, claire et pièces superbement choisies (130 photos) pour comprendre que Saul Leiter a travaillé près de 60 ans, d’abord en monochrome, comme photo-journaliste, puis que dans les années 1950 il a découvert la couleur et – avec ce nouveau mode photographique- a commencé à capturer le rythme comme l’immobilité, l’espace et la notion de temps, les saisons…, le tout dans les rues autour de son appartement de Manhattan (on est loin des photos de William Klein, de Gary Winogrand ou de Joel Meyerowitz qui ont saisi New-York aussi dans ces mêmes années). Il a travaillé en maximisant les tons des films kodachromes, les menant jusqu’au sommet des arts visuels. Il fait découvrir des lieux souvent calmes, et même très « vides », parfois imprégné des lumières chaudes de l’été ou parfois recouvert de neige. Il y a chez Saul Leiter, visiblement une grande connaissance de la culture classique. Il connait les peintres flamands et leur art du cadre dans le cadre, il redécouvre le pointillisme, il maîtrise la peinture classique de la fin du XIX et sa construction et l’impressionnisme évidemment, le cubisme de Juan Gris et le travail avec la typographie ne lui est pas inconnu… Il y a une rêverie, une poésie, une géométrie maitrisée, un jeu d’allers et retours où l’on va du vide (rue de neige avec à peine un morceau de parapluie) et de pleins – jusqu’à la peur du vide- les espaces se mélangeant dans de savants jeux de reflets, de miroirs, de portes, etc… Dans un autre domaine, ses nus sont langoureux, doux, sensuels. Là encore on retrouve parfois l’influence de la peinture : il y a du Bonnard chez lui. L’intimité est latente, la femme est respectée dans sa condition de femme, même si beaucoup d’images ont été prises à travers des portes ou des écrans donnant l’impression de photos intimes entraperçues fugitivement. In fine les photos pour le Harper’s Bazaar font découvrir un inventeur de poses éphémères travaillant pour la mode, avec un coté assez peu commercial et avec un aspect toujours intime ; son travail continue à ressembler à celui d’un photographe plutôt qu’à celui d’un photographe fashion. Formidable exposition d’un maitre de la photo du XXème siecle !
L’exposition « Saul Leiter: In search of Beauty » est organisé par Foto Colectania avec la Saul Leiter Fondation de New York, le commissaire est Roger Szmulewicz (Propriétaire de la Gallery FIFTY ONE d’Amberes). L’expo se tient à Foto Colectania jusqu’au 21 octobre prochain. Fundació Foto Colectania, Passeig Picasso, 14, Barcelone.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *